france - 06 45 46 41 29 - iain@iainstatham.com

moi

IMG_0129.jpg

j’ai grandi en utilisant nikon FMs, Rolleifelx TLRs et Hasselblads et j’ai eu la chance d’avoir un père qui pouvait faire plus dans une chambre noire que la plupart des gens maintenant avec photoshop. les fondamentaux comme l’ouverture, la vitesse d’obturation, la sensibilité ISO, le choix de l’objectif et le tirage 8x10 ont capturé mon imagination très tôt et ne m’ont jamais quitté.

grace aux personnes que j’ai rencontrées dans la vie et en ligne, j’ai ressuscité ma passion pour la photographie après ma carrière d’officier dans l’armée britannique…ça n’a pas toujours été facile mais ça m’a conduit là où je suis aujourd’hui, à voir le monde en terme de la meilleur façon de le capturer et de rendre justice aux sujets quels qu’ils soient- paysages ou portraits.

je ne peux plus voir quoique ce soit sans considérer comment le photographier et comment capturer la beauté qu’il contient - c’est peut être sentimental mais il y a déjà assez de laideur dans le monde. je ne suis peut-être pas le plus techniquement compétent, je garde les choses simples et j’applique les fondamentaux, mais compte tenu du sujet ou de la tâche, je trouverai la photo qui sera à tout jamais chérit. 

la photographie noir et blanc reste mon premier amour- encore plus sentimental peut être - mais son atmosphère intemporelle, sa capacité d’isoler le sujet, d’éliminer le superflu et de guider le regard du spectateur exactement à l’endroit où vous voulez, est ce que je recherche au quotidien.  

la photographie couleur a pris de l’ampleur au cours des années, notamment pour la photographie de rue, de voyage et de paysages. c’est formidable pour ajouter vibrance, détails et un sentiment d’être là, mais c’est une expérience rare que d’atteindre la perfection dans une photographie de rue en couleur - c’est comme si par une fortune mystique, toutes les étoiles s’alignaient en votre faveur. si j’arrive à avoir une poignée de bonnes photographies de rue couleur avant de mourir, je serai heureux. 

j’utilise toujours mes Nikon, D800s et mon fidèle D7000, mais aussi Nikon FMs, Rolleiflex, Kodak Standard et j’adore m’amuser avec le fujifilm instamax mini – même si j’ai tendance à le perdre après avoir bu un peu trop de vin. 

la plupart des objectifs sont des nikkor avec une paire de sigma et je suis en train d’expérimenter avec le lensbaby composer pro. espérons que le prochain achat soit la dernière mise à jour du fujifilm x100s.

en termes de traitement, la chambre noire est encore remplie de cartons pour le moment. je suis fan d’apple, donc j’utilise macbook pros et aperture, avec une tablette wacom et l’aide de quelques plugins nik quand je suis bloqué ou si j’ai raté l’exposition. je suis allergique à l’HDR et je n’ai jamais appris à utiliser photoshop, je m’efforce donc de capturer les meilleures images à l’intérieur de l’appareil. 

je reste à la recherche de l’ultime sac photo. le fait de voyager autant, ainsi que la gamme de photographie que j’aime faire me donne des excuses pour en acheter et essayer beaucoup. une mallette à roulette lowepro peut tout contenir pour un voyage, mais dans la rue je suis partagé entre mon domke, un think tank retro 30 je crois, et le merveilleux sac billingham que j’ai hérité de mon père et qui a donc plus que mes 36 ans. 

les addictions prennent plusieurs formes et affecte bien des vies. je suis heureux de m’être débarrassé de quelques-unes mais je me sens très fortuné de pouvoir continuer à nourrir mon addiction pour la photographie.